You cannot copy content of this page

D’un rêve à la réalité

Par Joannie Langlois

novembre 1, 2017

Ce mois-ci, j’avais le goût de vous parler de ce qu’il faut pour passer du rêve à la réalité.

Pourquoi?

Parce que le transfert de l’abstrait au concret et comme un élève qui transfère des connaissances dans un problème ou dans la réalité; il faut détenir les stratégies et être prêt à les apprendre. Ce n’est pas instantané, et souvent, c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. De plus, je suis présentement dans le processus. Donc, je vis les questionnements qui nous bloquent, qui nous remettent en question, qui nous déstabilise, etc.

Voici donc des états d’esprit à avoir pour que nos rêves passent de l’abstrait au concret.

1. L’espoir

Tout d’abord, l’espoir forme un tout avec les points qui suivent. C’est le point de non-retour où tu sais que le bonheur et ton mieux-être se multiplient en abondance, c’est-à-dire que tu sens au plus profond de toi-même qu’avancer vers cela t’amènera à qui tu es dans ton cœur, à une liberté de soi.

Dans le même sens, tes intentions sont nobles et apporteront un plus dans ta vie et/ou dans celle des autres.

Bref, c’est de croire que le bien triomphe du mal et que personne ne peut t’arrêter. C’est d’être visionnaire tout en vivant le moment présent.

2. La pensée positive

Ensuite, cet état d’esprit est alimenté par des pensées positives. Vous avez sûrement entendu parler que le positif attire le positif et que le négatif attire le négatif. Et bien, c’est vrai. Il ne faut pas se victimiser quand un obstacle survient et aller de l’avant.

Il faut se respecter et valoriser nos points forts, de même que notre unicité et notre différence. Également, il est important de mettre ses objectifs sur papier pour toujours s’y référer en cas de doute que ce soit pour revoir s’ils ont raison d’être ou les raisons pour lesquelles vous serez plus heureux en les atteignant.

Bref, c’est de voir les commentaires et les événements sur notre route de manière constructive et de se ramener à l’espoir, notre but profond.


3. La persévérance

Puis, il faut comprendre que les réalisations ne tombent pas du ciel, mais qu’il faut persévérer pour que ces pensées positives-là aient du sens et nous permettent d’entrer dans l’action. Cependant, il faut aussi comprendre qu’on ne peut tout faire et que l’on ne doit pas s’autosaboter pour avancer.

Premièrement, parce que nous ne connaissons pas tout et qu’il faut l’accepter.

Deuxièmement, parce que rejoindre les bonnes personnes nous fait sauver de l’énergie pour continuer et concrétiser nos rêves.

Bref, il s’agit ici de d’oser le lâcher-prise. Nous ne devons pas être dans le contrôle, mais dans la poursuite d’un objectif même si c’est difficile. Il est de mise d’accepter le fait que nous ne sommes pas parfaits comme tout le monde et que d’essayer de l’être est malsain.

Ainsi, plusieurs chemins mènent à Rome, mais certains nous simplifient la vie et d’autres, souvent issues de nous-mêmes, nous sèment d’embûches. Il va de soi que si tu as une pensée positive, la persévérance t’adore et vient de près de l’endurance.

4. L’endurance

Finalement, l’endurance s’acquiert grâce à un processus sur le long terme avec les états d’esprit mentionnés précédemment. Il faut savoir que rien n’est jamais gagné comme c’est le cas pour un couple. Il faut continuellement faire des efforts pour rester focalisé sur nos objectifs, vaincre ses peurs et passer par-dessus le regard des autres. Il faut continuellement chercher les bonnes ressources et prendre des moments pour soi.

Cela peut paraître une perte de temps de prendre du temps pour soi, mais au contraire, cela nous revigore et nous donne l’énergie de plus pour mieux représenter la personne que nous sommes réellement. L’endurance nous permet non seulement de garder le focus, mais surtout de ne pas se perdre dans tout le brouhaha de la vie. Quitte à l’inscrire à notre agenda comme tout autre objectif.

Bref, tout est possible, mais il faut être organisé tout en pensant à soi, l’être le plus important de notre vie!

« Lorsqu’un enfant apprend à marcher, il tombe 50 fois. Il ne se dit jamais à lui-même : “Peut-être que je ne suis pas fait pour ça?”
-Les Beaux Proverbes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *